transmission.jpg

A-t-on déjà entendu : "Vivement lundi !" ?

​Quelle gueule tirons-nous le matin dans le métro ?

Comment parle-t-on de la vie et de ses nécessités ?

Quelles énergies sont transmises par les infos ?

Pourquoi faut-il des vacances pour être heureux ?

À votre avis, quel message est transmis aux jeunes qui grandissent dans cet environnement ?

Quelle vision de la vie leur est léguée ?!

À TRAVERS MES INTERVENTIONS, J'AI À CŒUR DE TRANSMETTRE UNE AUTRE FAÇON DE VOIR LA VIE

MONTRER QUE NOUS SOMMES BIEN PLUS CAPABLES QUE CE QUE NOUS CROYONS,

BIEN PLUS GÉNIAUX QUE CE QUE NOUS PENSONS,

ET QUE LES SCÉNARIOS SONT BIEN PLUS NOMBREUX QUE CE QUE NOUS IMAGINONS.

Arhuacos et montagnes

Récemment, une étudiante m'a demandé en fin de séance comment j’en étais arrivé là.

Je réfléchis, et lui réponds :
« Je crois qu’à 20 ans, j’ai compris que j’avais vécu les 15 dernières pour les autres et non pas pour moi.
À partir de là, j’ai dû me dire « plus jamais ça. » »

20 ANS

N’ayant jamais été convaincu par le système scolaire malgré de bons résultats, tout s’est accéléré à 20 ans, quand on m’aide à comprendre que j’avais choisi mes études pour mon père. S’en est suivi quelques conflits familiaux, mais surtout une prise de conscience sur nos conditionnements, sujet que je ne lâcherai plus.

20-25 ans

Je ne cesse de m’inspirer de parcours alternatifs, et prends consciences de nos croyances limitantes. En parallèle de mes nouvelles études, je me lance à mon compte en architecture d’intérieur, je deviens intervenant contre toute attente, j’entame l’écriture d’un livre, monte un festival électro, mais surtout, deviens boulimique de connaissances.

26 ans

Tout explose à la fin des études. Je pars 6 mois en Colombie au sein d’une communauté fragile, des indigènes Arhuacos, d’un guérisseur Amazonien, et traverserai un désert. À mon retour, je décide de déveloper mes interventions, d’écrire un livre sur mon aventure Colombienne et de construire un Mini Habitat éco-responsable 100% OpenSource.

Ces expériences ont été mon école, l’école de la vie.
Elles ont fait germer la volonté de transmettre l’envie de vivre sa vie pleinement.
C’est sur ces expériences que se trament inconsciemment mes interventions.

1/ PRENDRE CONSCIENCE

2/ EXPLOITER SON POTENTIEL

3/ OSER ET SAUTER

Voie lactée

1/ PRENDRE CONSCIENCE

----------------------------------------

Avoir conscience de ses chaînes est le premier pas pour s’en débarrasser. Pour savoir où l’on va, il faut savoir d’où l’on vient. C’est pourquoi survoler l’évolution de Sapiens et de notre société permet de prendre conscience de nos conditionnement biologiques, sociétaux, culturels, ou même familiaux, pour ensuite les dépasser.

Développement de Sapiens : Révolution cognitive

Prise de conscience du conditionnement biologique.

Développement de la société humaine - révolution agricole

Pris de conscience du conditionnement sociétal : Enclave agricole, Hiérarchies, Patriarcat, Inégalités, Religions...

Développement de la société « moderne » - Révolution scientifique et industrielle

Prise de conscience du conditionnement né de l’ère industrielle : Origines de l’école de la IIIè République, Origines de la société de consommation, Conséquences.

Époque actuelle - révolution collapsologique ?

Prise de conscience des nouveaux enjeux actuels : Collapsologie, Nouvel ordre mondial, Nouvelles attentes, Nouveaux codes, 3ème révolution «industrielle», 2ème Renaissance, L’économie de la connaissance, Blue Economy.

2/ EXPLOITER SON POTENTIEL

----------------------------------------

Nos capacités pourraient-elles être plus développées que ce qu’on nous a dit ? Il y a bien plus de possibilités que ce qu’on croit. Bien plus de moyens que ceux qu’on nous enseigne.

L’école conventionnelle

Ses origines, Son évolution, Ses conséquences.

Époque actuelle - révolution collapsologique ?

idem que dans 1/ Prendre Conscience

Rupture

L’incompatibilité de l’éducation conventionnelle (école, famille, société...) et de l’époque actuelle.

Changer les règles
Prendre conscience de son prisme de vie, S’inspirer, Retrouver confiance, Vivre vraiment, Déconstruire ses croyance

 

Appliquer de nouvelles méthodes
Différencier occupation / productivité / efficacité, Changer son "why", Environnement physique, mental et physiologique, Se fixer puis définir des objectifs, Comment prioriser ?, La prévisualisation mentale, Monotâche ou multitâche?, La mémoire, Le travail d’équipe, Différencier les temps, Ne rien faire !

3/ OSER SAUTER

----------------------------------------

Retrouver l’âme de l’enfant qui sait lire en lui-même et chez qui l’audace n’a pas encore été tarie, pour oser s’écouter, sortir du sentier, essayer, se tromper, s’égratigner les genoux et recommencer, avec foi, conviction et allégresse !

Déconstruire :

Prendre conscience de ses croyances limitantes, Prendre conscience de son conditionnement, Dépasser les peurs transmises, Dépasser la peur de l’échec, Appréhender la sortie de zone de confort, Travailler l’inconfort, Travailler le culot, Appréhender les «choix».

REconstruire... :

Retrouver l’audace, Re-écouter son intuition, Adopter une attitude proactive, Adopter des habitudes et un environnement favorable, Retrouver et développer la confiance en soi.

...L’avenir !

Qu’est-ce que «la chance» ?, S’ouvrir des portes, Développer les choix possibles, Développer sa liberté, Agir aujourd’hui pour demain.

Un projet ? Une envie de collaborer ?

Merci pour votre envoi !

Pourquoi suis-je
devenu intervenant?

Quand j’ai commencé à être enseignant, j’étais encore étudiant. Pas grand monde n’y croyait, ça a fait beaucoup parlé, mais en attendant, ça a marché, et je remercie toujours le premier établissement qui m’a donné ma chance.
Mon crédo? C’était «Qui mieux qu’un étudiant, peut comprendre un étudiant?»

Pourquoi j’ai voulu être prof’? Parce que ça a toujours été naturel de transmettre et expliquer, mais surtout, parce que je voyais à quel point le clivage Boomer/Millenials (pour stigmatiser) pouvait être anti-productif ! J’étais persuadé qu’il était possible de faire des cours si intéressants que les étudiants n’aient pas envie de sortir Facebook ! Parce que j’étais persuadé qu’il était possible de les motiver à bosser, et arrêter de les considérer comme des branleurs immatures, en sortant des codes conservateurs de la pédagogie, en leur donnant la parole, en les impliquant, et leur parlant d’égal à égal.

J’ai commencé à être intervenant en infographie, pour des logiciels d’architecture. Mais très vite, la moitié des cours s’est rempli d’autres sujets, jamais abordés. On a parlé de conditionnement, de sens, de productivité, de bonheur, de but, de motivation, de potentiel caché, de croyances limitantes... Des sujets qui raisonnaient en moi, mais que je ne soupçonnais pas si universels : les étudiants me demandaient sans cesse qu’on aborde ces sujets, mettant de côté le «vrai» programme.

Si bien que l’année d’après, j’ai laissé tomber les cours d’info, qui ne me passionnent pas, pour aborder ces sujets-là. Depuis, j’accompagne les étudiants durant leur année scolaire, pour leur faire découvrir leurs vraies ressources, pour leur donner envie de se lever le matin avec la pêche, leur donner envie d’apprendre et d’entreprendre, mais surtout, leur donner envie de donner du sens à ce qu’ils font.

Plus que jamais, je me sens de devoir le partager,
car s’il est facile de transmettre
le stress, la peur ou la haine,
il est tout aussi facile,
et bien plus fertile,
de partager la Foi, la Confiance, et surtout,
la Liberté